Souvenirs…


Soirée œcuménique – Magnifique partage!
Colombier mardi 22 janvier à 18h30

 

Cette soirée a été un grand succès! Exposés et témoignages passionnants. Un  grand merci aux intervenants. Grand merci aussi aux bénévoles qui ont concocté un excellent repas qui a permis à toutes les confessions présentes de partager un moment de paix et de fraternité. Le livre se trouve en librairie, chez Payot par exemple.


QUE TOUS SOIENT UN (Jean 17.21)

par le Chanoine Natale Deagostini

 

Parmi ceux qui croient au Christ se dessine depuis 1910 un mouvement qui s’oppose à l’effritement des siècles derniers dans l’Eglise.

Depuis le concile Vatican II le désir d’unité voit sa forme se préciser et ses chances de succès augmenter, ce dont témoigne entre autres la création, en 1960, d’un secrétariat pour l’unité des chrétiens. La conviction gagne du terrain que vouloir l’œcuménisme ne veut pas dire se désintéresser de la recherche divine mais c’est justement revenir à la vérité qui nous unit et cette vérité c’est le Christ lui-même.

Le 2ème concile du Vatican écrit : « il est nécessaire que les catholiques reconnaissent avec joie et apprécient les valeurs vraiment chrétiennes qui ont leur source au patrimoine commun et qui se trouvent chez nos frères séparés. Il est juste et salutaire de reconnaître les richesses du Christ et sa puissance agissante dans la vie de ceux qui témoignent pour le Christ, parfois jusqu’à l’effusion du sang. (décret sur l’œcuménisme) ».

Ouvrons-nous donc à ce mouvement par la prière, par une conversion et un renouvellement constant, par l’étude des sources de la foi et nos traditions mutuelles, par un dialogue honnête et patient, par le sérieux qui évite les « petits chemins » un peu trop faciles, par l’amour partagé, par une action commune au service de toute l’humanité.

Si beaucoup de points concernant la foi sont communs à nos 2 églises, et qui constituent une véritable espérance, il reste des différences qui risquent bien d’être des divergences ; par exemple, le principe d’autorité (pape et évêques),  l’Eglise elle-même considérée comme le sacrement du salut et qui a la plénitude des moyens de salut, selon le concile Vatican II, le ministère ordonné ou consacré, la place de Marie dans l’économie du salut…

La conversion ecclésiale est en marche, elle se réalisera dans la plénitude car la parole de Dieu ne peut échouer : « Que tous soient un comme Toi Père tu es en Moi et Moi en Toi et qu’eux aussi soient un en nous »  (Jean 17)


Nous sommes un avec Toi

Dieu, nous sommes un avec Toi.
Tu nous as faits un avec Toi.
Tu nous as enseigné que,
si nous sommes accueillants
les uns aux autres, tu demeures en nous.

Aide-nous à garder cette ouverture                                          
et à nous battre pour elle de toutes nos forces.
En nous acceptant les uns les autres
complètement, totalement,
le cœur grand ouvert,
c’est toi que nous acceptons,
c’est toi que nous aimons de tout notre être.

Car notre être est au cœur de ton être
et notre esprit s’enracine dans ton esprit.
Emplis-nous d’amour
et fais que l’amour nous lie les uns les autres
tandis que nous parcourons nos chemins divers.

Thomas Merton, moine cistercien britannique (1915-1968)                                                                  


 

Seuls on avance, ensemble on va plus loin ! 

1972 week-end de la Mission Universelle. A cette occasion, un missionnaire en congé, accompagné de Mme Aeby, responsable d’un ouvroir de Fribourg, ont animé les six ! messes de ce week-end à Colombier-Bôle et Auvernier.

Suite à cette visite et à l’entretien donné le dimanche après-midi, le projet d’entraide est né. C’est ainsi qu’au fil des ans, l’Entraide Missionnaire de Bôle, petite ONG, s’est beaucoup développée et est actuellement en contacts avec 27 endroits échelonnés dans 7 pays d’outremers. 

Plus de 45 tonnes de matériel de couture, d’école et médical a été envoyé par sacs depuis la poste de Bôle, dont aussi beaucoup de médicaments récoltés chez des pharmaciens de notre région. De plus, 19 conteneurs de même matériel mais plus conséquent ont aussi été expédiés depuis Bôle. Parmi ces envois figuraient des tonnes de lait en poudre pour nourrir les futures mamans du Sahel, lors d’une grande sécheresse. Ce sont aussi 9 moulins industriels, à céréales qui ont été envoyés au Rwanda par conteneur, après les horreurs de 1994…

Grâce  à la générosité de nombreux donateurs et au bénéfice récolté après des soirées avec stand d’artisanat, l’Entraide Missionnaire a pu faire construire 4 puits et un Centre de Santé qui couronne le tout. 

Cela représente 45 ans de collaboration bénévole, engagée pour un monde plus juste. Et c’est grâce au soutien indéfectible d’une multitude de bienfaitrices et de bienfaiteurs que nous pouvons aujourd’hui faire ce bilan, marquant notre solidarité année après années. 

L’engagement des paroissiens à nos côtés, mais aussi d’amis et de personnes anonymes a permis à des milliers d’adultes et d’enfants de progresser sur le chemin d’un avenir meilleur. 

Notre dernière réunion d’expédition aura lieu le 7 novembre prochain.

Mais si nous arrêtons les envois, notre partage financier se poursuit envers nos projets d’aide directe : 

Enfants des rues/Ecolages/Centre de Santé/ Bureau Social/ Parrainages

Veuves de Karama (Rwanda) appui construction d’un home et d’un restaurant… 

MERCI donc à chacune et chacun de nous avoir permis ces riches échanges

MERCI  aussi de nous aider à poursuivre cette entraide par vos dons. 

CE N’EST QU’ENSEMBLE QUE NOUS SOMMES EFFICACES, ces 45 ans l’ont prouvé… 

LA SOLIDARITE STIMULE LA PERSONNE QUI DONNE ET CELLE QUI REÇOIT !

Ce partage ne se monnaye pas, mais enrichit celles et ceux qui y participent. 

Un chaleureux MERCI pour « eux «  tous !    

Gaby Bieler


« TU ES PIERRE ET SUR CETTE PIERRE JE BATIRAI MON EGLISE » (Mat. 16/16)

par le Chanoine Natale Deagostini

Chaque dimanche à la messe, nous proclamons : « Nous croyons en l’Eglise, une, sainte, catholique et apostolique ».

L’église catholique romaine est la seule à avoir été fondée sur les apôtres Pierre et Paul.

Saint Pierre et Saint Paul ont subi le martyr à Rome en 64 pour Pierre et en 67 pour Paul. L’église romaine qui vénère leur tombe au Vatican et sur la route d’Ostie, ne les sépare jamais dans son culte. Aussi leur a-t-elle consacré au 29 juin une solennité commune. Pierre, c’était l’apôtre choisi par Jésus, celui qui affirma au nom de tous les autres : « Tu es le Messie, tu es le Fils de Dieu » (Mat. 16/16) : Pierre celui dont la fidélité au Christ devait être comme le roc sur lequel reposerait son Eglise : Paul, lui, fut appelé un peu plus tard pour diffuser le message évangélique sur tout le pourtour nord de la Méditerranée, jusqu’à Rome et peut-être même jusqu’en Espagne.

Saint Pierre avait dit « oui » à Jésus lors de leur première rencontre sur le lac de Tibériade, mais il y a eu des hauts et des bas dans la fidélité à ce premier pas, et même des abandons et des lâchages. Alors dans l’évangile du jour (29 juin fête de Saint Pierre et Saint Paul) nous voyons l’apôtre renouveler son « oui » au Christ par 3 fois : « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais ».

Saint Paul a dit « oui » au Seigneur sur le chemin de Damas mais ce ne fut pas sans regimber ni se rebiffer (Actes 26/14). L’apôtre racontera comment lui aussi n’a tenu bon que grâce à la force du Seigneur : « Aussi suis-je fier de mes faiblesses, afin que repose sur moi  la puissance du Christ. »

Alors il n’y a pas de quoi s’étonner de la fragilité de l’Eglise. Sa fragilité est faite de toutes nos fragilités, de toutes nos défaillances personnelles. Sa fidélité est faite de notre fidélité, de notre reconnaissance à Celui qui a voulu bâtir son Eglise sur Pierre dont nous sommes membres.

C’est pourquoi, quand nous célébrons la fête de Saint Pierre et Saint Paul nous célébrons le mystère de l’Eglise en tant que telle est fondée sur eux, et qui, de ce fait, est apostolique. Alors vivons entre nous comme des pierres vivantes de cette Eglise dont le Christ est la Pierre et qu’Il a délégué ses pouvoirs à Simon devenu Pierre.


Belle célébration pour les 50 ans de sacerdoce
du chanoine Natale DEAGOSTINI

Le chanoine, Natale Deagostini, a fêté ses 50 ans de sacerdoce le jeudi 29 juin 2017.
Une messe a été célébrée à 19h00 à la Basilique Notre Dame à Neuchâtel.
Une foule impressionnante a assisté à cette célébration présidée par Mgr Alain de Raemy,
évêque auxiliaire et vicaire général de l’Evêché de Genève, Lausanne et Fribourg,
accompagné de 16 prêtres venant de tous horizons, y compris un des USA !

Très belle cérémonie, avec de belles éloges de
Monseigneur De Raemy et du chanoine Paul Frochaux.

Mots émouvants et pleins d’humour du jubilaire à la fin de la cérémonie.
La cérémonie fut suivie d’un moment convivial
dans les salles paroissiales du Faubourg de l’Hôpital.


Le 4 juin 2017,  cérémonie de clôture de l’année de catéchisme des 7ème et 8ème Harmos

Les enfants de 7ème et 8ème harmos  ont vécu une belle cérémonie en la basilique Notre-Dame de Neuchâtel. Là où l’Esprit te guide , l’essentiel était de faire passer un message en leur montrant une église qu’ils ne connaissaient pas ! C’était à la fois culturel , religieux dans un contexte de loisirs pour cette dernière rencontre qui marque la fin de l’année de catéchisme.

Avec Rino pour les lectures et Brunot pour les chants , ce moment de prières a été magnifique .  Qu’ils soient remerciés ! A la fin de la rencontre, les enfants ont eu un moment pour faire des photos dans et près de l’église.

Merci aux mamans qui ont accompagnés les enfants pour cette dernière rencontre. La sortie s’est terminée dans une belle ambiance par des 4 h et des jeux au bord du lac.
Bel été, et belles vacances à tous !

Suzanne Guyaz, catéchiste